Devenir écrivain-guide complet
Conseils d'écriture,  Édition et Publications,  L'art d'écrire,  Style d'écriture

Devenir écrivain : Votre guide complet

Vous avez enfin décidé de devenir écrivain. je trouve ça génial et je suis même contente pour vous. Mais j’ai de bonnes et de mauvaises nouvelles pour vous. 

Commençons par les mauvaises nouvelles :

Écrire un livre est loin d’être facile, et encore moins devenir écrivain. Si vous venez de commencer ou si vous êtes au milieu du processus, vous comprenez probablement de quoi je parle. Et au passage, mes félicitations à ceux d’entre vous qui ont déjà publié un livre avec tout le travail que cela implique. 

Mais la bonne nouvelle, c’est que :

Toutes les heures de travail que vous effectuez sont un sacrifice nécessaire pour avoir la possibilité de…

  • Être publié
  • Vivre de l’écriture
  • Influencer les gens par vos écrits
  • Gagner beaucoup d’argent

Dans cet article, je ne vais pas vous donner la recette pour devenir un écrivain à succès, car je ne pense pas qu’elle existe. Cependant, si vous vous demandez comment devenir écrivain, vous êtes probablement prêt à écrire. 

1-N’essayez pas de devenir écrivain avant de…

Étudier le métier et le marché de la publication

Vous connaissez certainement l’histoire de ces écrivains qui ont vendu des millions d’exemplaires de leur premier roman 🙂. Même si c’est beau, ce n’est pas moins rare. Ce n’est pas une mauvaise chose de vouloir écrire un best-seller, au contraire, c’est une grande source de motivation, mais pas si vite ! Si vous voulez devenir écrivain et que votre roman soit un succès, assurez-vous d’être bien préparé. ” Qui veut aller loin ménage sa monture”

Par conséquent, la lecture de livres sur l’écriture, par exemple, vous aidera à prendre un meilleur départ.

Faire quelques essais d’écriture dans des formats courts

L’écriture de nouvelles ou d’histoires de format court est toujours un avantage lorsqu’on commence à écrire. Si votre point de départ est un roman, vous aurez un peu plus de difficultés en cours de route. 

Pour devenir écrivain, il faut commencer par le bas de l’échelle. Testez vos compétences et améliorez-vous. Participez à des concours, écrivez pour des magazines ou des journaux. Commencez un blog ou prenez des cours d’écriture. 

Vous pouvez même soumettre votre travail à de petits éditeurs et voir ce qu’ils en pensent. Curieusement, faire face au rejet est une étape dans le parcours de l’écrivain. Ce n’est jamais personnel (il faut le croire). Il suffit d’avoir la patience et la persévérance nécessaires pour braver les échelons. Et plus vous publiez, plus vous pouvez être fier. 

Une chose que l’on ne dit pas assez, c’est qu’aujourd’hui les éditeurs recherchent des écrivains ayant des plates-formes (un public, des fans, etc.), à moins que ce ne soit une maison d’édition qui fait encore les choses à l’ancienne. Mais les différentes propositions ci-dessus vous aideront à créer du mouvement autour de vous. 

En résumé : formatez votre système de pensée et apprenez ce que signifie être publié.

Intégrer des groupes d’écritures ou forums d’apprentissage. 


Je vous encourage également à rejoindre des groupes d’écriture. Ayez autour de vous ou en ligne des personnes à qui parler de vos frustrations, des personnes qui vous encouragent lorsque vous traversez le désert du découragement, ou qui vous aident à surmonter la procrastination et même l’envie d’abandonner. 

Si vous êtes débutant, un regard objectif et neutre sur votre travail est précieux, surtout si vous voulez devenir un professionnel du secteur. Rejoignez un groupe d’écrivains sur Facebook, sur des forums. Soyez ouvert aux critiques et aux corrections. Vous ferez de grands progrès. 

Le fait de connaître l’opinion des autres sur vos écrits vous aidera à savoir ce que les autres pensent de votre travail. Vous saurez si votre travail peut être publié ou si vous devez y consacrer un peu plus de temps. 

Être un lecteur gourmand

Je sais que beaucoup de gens n’aiment pas l’entendre, mais l’une des qualités qu’un écrivain doit développer c’est la lecture. La lecture est la clé pour devenir écrivain, surtout un écrivain à succès. Lisez tout ce qui peut vous aider à développer certains aspects de votre écriture. 

La lecture vous permet d’être en contact permanent avec différentes techniques et styles d’écriture et vous donne la patience de pratiquer votre propre technique. Grâce à la lecture, vous serez nourri et découvrirez de nouvelles idées pour l’écriture, notamment le style qui est populaire sur le marché. Il ne sert à rien d’écrire un livre pour découvrir plus tard que ce n’est pas ce dont vos lecteurs ont besoin. 

Lorsque vous lisez, analysez les descriptions des lieux et des personnages. Faites attention aux détails.

Attention ! Lire beaucoup ne signifie pas lire n’importe quoi. Il n’est pas très astucieux de lire des romans policiers si vous voulez écrire des romans historiques. Lisez intelligemment. 

Si vous vous intéressez à la science-fiction ou au style contemporain, lisez d’abord ces genres et lisez beaucoup. D’un autre côté, si vous êtes débutant et que vous ne savez pas encore exactement quel genre de roman vous voulez écrire, je vous conseille de passer en revue les genres en lisant au moins un livre par genre et de choisir. 

Il existe quand même des écrivains qui sont dans plusieurs genres à la fois. Mais il y en a très peu. 

Faites un planning de lecture et soyez fidèle. Pour devenir écrivain, il faut être un lecteur avide. 

Devenir écrivain

2- Devenir écrivain : le secret

Choisir le genre

Ça y est, il est temps de concrétiser les choses. 

Avant de commencer à écrire, il est important de définir clairement le genre dans lequel vous voulez vous faire un nom. 

Gardez à l’esprit qu’aujourd’hui, de nombreux auteurs mélangent constamment les genres et que ce phénomène est de plus en plus populaire. Mais commencer en pensant à un genre spécifique n’est pas mal non plus. Je vous conseille d’écrire dans un genre spécifique pour communiquer clairement vos idées. Au fur et à mesure que vous maîtrisez les techniques d’écriture, vous pouvez faire ce que vous voulez. 

Une fois que vous avez clairement défini le genre dans lequel vous voulez écrire, vous devez maintenant connaître toutes les règles qui s’appliquent à ce genre particulier. Si vous lisez aussi beaucoup sur le genre en question, il sera très facile de tout apprendre. Sinon, vous devrez faire des recherches sur le sujet et vous appliquer à tout mettre en pratique.

Voici quelques uns des genres les plus populaires :

  • Action
  • Horreur
  • Mystère
  • Roman d’amour
  • Aventure
  • Fantaisie
  • Fiction politique
  • Non-fiction
  • Science-fiction
  • Fan fiction
  • 55 fictions
  • Fiction jeunesse
  • Fiction pour adolescents

Trouver l’idée de votre histoire

Maintenant que vous savez dans quel genre vous allez écrire votre roman, vous devez trouver l’idée originale qui va avec. Cet exercice pourrait être le cœur de votre travail. 

Il est vrai que l’on peut commencer à écrire sans avoir trouvé l’idée, mais cela peut être très compliqué. 

Je vous conseille de définir clairement votre idée avant de commencer à écrire sérieusement. Il serait dommage d’écrire plus de 100 pages et de réaliser que vous auriez dû écrire sur autre chose. C’était le cas de mon premier roman et c’était très frustrant. 

Vous pouvez très bien commencer par une idée ou un thème général tel que : Une jeune femme qui a toujours rêvé de devenir danseuse professionnelle, quitte sa famille et sa ville natale pour réaliser son rêve. Comme je le dis souvent, votre idée doit pouvoir être résumée en une phrase ; vous n’avez pas besoin de connaître les détails au début. Prenez cette phrase et voyez ce que vous pouvez en faire. 

Je vous suggère également de lire mon article sur Comment trouver son idée d’histoire pour en savoir plus.

Faire un plan d’écriture

L’utilité des plans ou calendriers d’écriture c’est qu’ils vous aident à être plus efficace.

Si vous voulez être écrivain, cela signifie que l’écriture devient votre métier. 

À ce niveau, il n’y a plus d’excuses, vous n’aurez même pas le droit de procrastiner si vous voulez obtenir des résultats. 

Essayez d’écrire au moins six à neuf heures par semaine. Bloquez ces heures dans votre emploi du temps et respectez-les. Si, le moment venu, vous ne savez pas quoi écrire, changez ou replanifiez. Mais vous devez faire votre part.

La constance sera un atout majeur pour votre écriture, car elle vous aidera non seulement à mieux écrire, mais aussi à terminer vos romans. Rien ne peut vous empêcher d’évoluer comme écrire un chapitre tous les trois mois. Et c’est tout aussi frustrant.

Faites maintenant cet exercice : prenez votre agenda et planifiez vos trois prochains mois d’écriture ; ne bougez pas sans bloquer au moins les six prochaines heures. 🙂

Faire des recherches

La préparation est une étape qui ne doit pas du tout être prise à la légère. Avec une bonne préparation, vous êtes assuré d’avoir un bon roman. Une façon de bien se préparer est de faire des recherches sur le sujet de votre roman. Peu importe ce que vous pensez de la recherche d’un roman, vous devez avoir une bonne idée de votre objectif avant de commencer à écrire. Il n’est pas idéal d’écrire un roman qui se déroule à Madrid si vous ne connaissez même pas le nom des rues 😉 Si vous n’êtes pas cohérent, votre histoire coulera et vous avec. Je sais que vous comprenez de quoi je parle.

La phase de planification et de recherche vous permettra de mieux maîtriser le thème, les lieux et les personnages et vous aidera à lutter efficacement contre le syndrome de la page blanche. Parce que, soyons d’accord sur un point, certains nouveaux écrivains sont bloqués parce qu’ils ne savent pas quoi écrire. 

Ne vous trompez pas en pensant que les descriptions de votre roman viendront naturellement. Informez-vous autant que possible sur les lieux que vous voulez inclure dans votre roman, car chaque histoire est basée sur une recherche solide. Si votre recherche est médiocre, votre histoire ne tiendra pas la route car elle ne sera pas cohérente. 

Si votre personnage roule à plus de 100 km/h à l’est de Gavà (Barcelone, Espagne), il a intérêt à être dans une voiture de police, sinon il sera arrêté. C’est une zone où il est interdit de rouler à plus de 60 km/h, en raison des plages toujours très fréquentées qui se trouvent à côté. (Et vous pensiez que je plaisantais sur la cohérence🙂).

Pour éviter ces erreurs embarrassantes, faites un peu de recherche. Assurez-vous qu’aucun de vos personnages ne sorte en pyjama pour aller chercher le journal quand il fait -10° dehors. 

Utilisez des outils de recherche comme :

Ne démissionnez pas 

Je vous en prie, ne quittez pas votre emploi. Du moins pas tout de suite. Pourquoi ?🙂

Au début, il est vrai que vous avez le rêve idéaliste de devenir écrivain et d’avoir du succès à plein temps. Mais il faut aussi être prudent. Il est très difficile de rouler sur l’or après la première publication. Avoir un revenu régulier et stable est une bonne chose, surtout lorsque vous débutez. Il y a même des auteurs chevronnés qui ont conservé leur emploi même après avoir publié plus de 50 livres. 

Soyez productif et utilisez votre temps libre pour écrire. Ne laissez pas votre travail de jour vous empêcher d’écrire. Veillez à séparer votre écriture de votre travail de bureau.  Mais ne démissionnez pas encore. 

Il est temps d’apprendre à faire des sacrifices. Si vous passez trois heures par jour à regarder la télévision, il est temps de mettre de l’ordre dans vos priorités. La question est de savoir jusqu’à quel point vous voulez devenir écrivain et combien de sacrifices vous êtes prêt à faire pour y parvenir. Votre emploi de jour sera d’abord votre sécurité, vos heures de travail nocturnes, la garantie de votre succès. 

Commencer par un brouillon

Plusieurs écrivains conseillent de commencer par rédiger une ébauche. Comme son nom l’indique, c’est une ébauche, un brouillon, vous n’avez pas à la montrer à qui que ce soit, c’est juste le résumé qui vous donne un aperçu de votre roman. Vos idées ne seront pas parfaites dans ce document, mais il vous aidera à savoir exactement à quoi devrait ressembler votre roman.  Cela vous donnera deux avantages. 

  • Avoir le noyau de votre histoire.
  • Savoir si votre roman tient la route ou pas

Comme je vous l’ai dit, il ne sert à rien d’écrire 100 pages et de se rendre compte qu’on va dans la mauvaise direction. 

Certains écrivains, après avoir rédigé un brouillon, utilisent des alpha lecteurs. Contrairement au bêta lecteur , qui relit votre histoire une fois que vous l’avez terminée, le lecteur alpha vous aide pendant que vous écrivez, c’est une personne qui relit vos chapitres ou les parties terminées pour vous aider dans la trajectoire que votre livre doit prendre.  Le seul inconvénient de l’alpha lecteur est qu’il n’a pas une vue d’ensemble de votre projet de roman, donc son appréciation peut être que limitée. Cependant, s’ils aiment l’histoire, il peut être une bonne source d’encouragement pour vous. 

Écrire sans relâche

Écrivez votre roman jusqu’à la fin. Le point final d’une histoire donne toujours une satisfaction étonnante. N’abandonnez pas à mi-chemin. Si votre histoire a du potentiel, ce sera du gaspillage. 

Si vous êtes bloqué au milieu de l’écriture ou si vous vous retrouvez face à la page blanche, lisez un bon roman. Vous y trouverez sûrement de nouvelles inspirations. Mais n’abandonnez pas, si cela peut vous aider, ayez des photos de personnes auxquelles vous voulez que vos personnages ressemblent, ou vous pouvez les dessiner et les avoir toujours à portée de main. Faites de même avec les lieux ; cela aide beaucoup de rester dans le décor de votre histoire et de ne pas perdre le fil. 

Relisez votre roman encore et encore, corrigez-le et relisez.  

Devenir écrivain-corriger

3-Publier son livre

Lorsque vous atteignez ce niveau, des félicitations s’imposent. Bravo ! 🙂 Vous y êtes presque et le plus gros du travail est fait.

Maintenant, si vous avez l’ambition de publier votre livre, plusieurs voies s’offrent à vous. En France, il existe trois types d’édition : l’édition à compte d’éditeur, qui est la plus connue, l’édition à compte d’auteur, qui a souvent été confondue avec la première, mais qui n’est pas du tout similaire, et l’autoédition, qui se répand de plus en plus de nos jours. Voyons ensemble de quoi il s’agit.

1-L’édition à compte d’éditeur

Ce type de publication est presque universellement connu. Un éditeur signe un contrat avec vous dans lequel il s’engage à publier et à promouvoir votre roman et à vous verser des redevances ou droits d’auteurs sur les ventes réalisées.

Au moment de la signature, il vous verse une avance (une somme d’argent qui représente une avance sur les ventes futures).

Il est important de savoir que l’éditeur est responsable d’absolument tout. De la relecture et de la révision du manuscrit à la mise en page, à la couverture et même à la distribution. Bien entendu, vous serez consulté à chaque étape de ce travail minutieux et vous aurez toujours votre mot à dire sur la couverture, la relecture, etc. Vous ne serez pas laissé de côté et vous participerez au processus de publication en donnant votre avis et votre approbation sur les décisions prises. La relation entre l’auteur et l’éditeur est une relation qui inclut une confiance mutuelle optimale, donc il y aura beaucoup de communication

Lorsque vous aurez donné votre accord et que votre livre sera finalement publié, vous recevrez un rapport de vente de votre éditeur une ou deux fois par an (selon le contrat). Ce rapport comprend des détails sur les livres vendus et le montant que vous êtes censé recevoir en conséquence. 

En outre, votre éditeur sera responsable de la programmation des séances de dédicace dans les librairies ou les salons, et prendra également en charge votre transport et votre hébergement si les différentes librairies ou salons auxquels vous assistez ne le font pas.  Enfin, votre éditeur est le pont entre vous et vos fans, il est censé protéger votre vie privée et assurer votre tranquillité d’esprit. Surtout si votre écriture est prometteuse. 

2-L’édition à compte d’auteur

Dans ce cas, vous signerez un contrat avec un éditeur qui vous fera payer les frais d’impression et de publicité du livre… En bref, vous préfinancerez vous-même votre livre. Il s’agit ici d’une somme qui va de 1500 à 4500 euros. Ce n’est pas une petite somme car de nombreux éditeurs surfacturent les auteurs pour les frais d’impression. C’est pourquoi vous devez bien lire votre contrat, de peur de vous faire arnaquer.

L’éditeur est uniquement responsable de la partie technique du travail et de la distribution. Il est également important de savoir que la plupart du temps, l’édition à compte d’auteur est effectuée par les prestataires de services. Et vous aurez compris qu’ils ne courent aucun risque, si les ventes ne réussissent pas, ils ne perdent absolument rien.

En général, l’éditeur vous verse des redevances qui varient en fonction du contrat qui est établi et signé et aussi en fonction des résultats des ventes du livre. Les auteurs perçoivent en moyenne 10 % de droits d’auteur, et parfois un certain nombre de livres leur sont vendus à des prix spéciaux. Vous devez déjà savoir que ce type d’édition n’est pas très rentable, surtout si l’éditeur s’est seulement engagé à imprimer votre livre. Il vous appartiendra directement d’assurer la promotion et la vente. 

devenir écrivain-combien gagne un auteur

3-L’auto-édition

L’auto-édition est une autre forme d’édition qui se développe de plus en plus aujourd’hui. Il devient même le premier choix des écrivains débutants. En effet, les plateformes Internet d’impression à la demande permettent à plusieurs auteurs de rendre leur livre disponible en un seul clic.
Il est important de savoir que si vous choisissez cette voie, vous serez, en tant qu’auteur, responsable de l’ensemble du processus de publication. De la mise en page à la couverture, jusqu’à la vente.

Vous devrez relire vous-même votre manuscrit, ainsi que le corriger. A moins que vous ne payiez un correcteur professionnel pour le faire à votre place. (Ce qui est toujours préférable 🙂). 

Vous serez également chargé d’obtenir le numéro ISBN (ISBN est le numéro international normalisé du livre) et d’enregistrer votre roman auprès de la BNF

Il faut admettre que ce ne sera pas du tout un travail facile. Vous allez consacrer beaucoup de temps et d’énergie pour le rendre professionnel. Une formation dans le domaine de l’édition vous aidera à mieux gérer cette étape. 

L’erreur que beaucoup d’écrivains font aujourd’hui est de se lancer dans la publication de leur livre sans avoir d’abord évalué le travail à accomplir pour le rendre professionnel et suffisamment bon pour attirer les lecteurs. 

Si votre manuscrit est bâclé, plein d’erreurs, publié à la hâte et avec une couverture amateur, vous devez savoir que très peu de gens vous feront confiance. Même si vous parvenez à vendre quelques exemplaires, les critiques et les commentaires feront fuir les lecteurs potentiels et les autres ne reviendront jamais. C’est vraiment dommage mais c’est comme ça, ce sont les risques de l’auto-édition et il faut en tenir compte. Même si votre livre a du potentiel, une mauvaise édition va le noyer et vous avec. 

Lorsque vous aurez franchi ces différentes étapes et que votre roman sera publié, vous passerez à la promotion. Et là encore, vous avez besoin d’un plan de marketing solide pour vous assurer d’obtenir le plus grand nombre de ventes possible. Comme vous avez publié en solo, vous devrez faire du porte-à-porte pour vendre. Et ce n’est pas une blague 🙂. Vous contacterez les librairies et les chroniqueurs spécialisés dans votre genre, un par un, pour prendre les dispositions nécessaires à l’acceptation de votre livre. Normalement, vous êtes à la fois l’auteur, l’éditeur et le directeur marketing pour la promotion de votre livre. 

Vous prospecterez sur toutes les plateformes qui pourraient être intéressées et demanderez même à apparaître à la télévision et à faire de la publicité pour votre livre. 

Si vous souhaitez également faire des séances de dédicaces, vous serez chargé de les organiser en collaboration avec les librairies ou les salons que vous avez sollicité. 

D’autre part, la bonne nouvelle est que ce dur labeur est récompensé par les avantages que vous en tirez. Dans l’autoédition, l’auteur gagne environ 70 % du prix du livre, contrairement à l’édition classique, où il gagne entre 8 et 12 %. 

Bref, le chemin obligatoire pour devenir écrivain est une route tortueuse parsemée d’obstacles. Et si vous êtes suffisamment passionné pour franchir le pas, la persévérance sera votre meilleur allié.

Si vous avez aimé l'article, vous pouvez le partager ! 🙂

5 commentaires

  • Gaëlle

    Super article ! Je suis moi-même auteure d’urban fantaisy sous un nom de plume. Il est important de prévenir que vivre de sa plume est compliqué. Et oui la persévérance est la clé !

  • Nadia - Miss Copywriting

    Quel article intéressant! Le monde de l’écrivain a l’air d’être un monde très complexe dans lequel il n’est pas facile d’entrer ni de percer.
    Merci en tous cas pour tous ces précieux conseils qui sont pragmatiques et orientés résultats. Pile ce qu’il faut quand on ne sait pas pour où commencer. 😊

  • Esther

    Sorelle, ton blog est magnifique, j’ai toujours rêvé de devenir écrivain, merci pour les astuces, être un lecteur gourmand, s’inscrire a des forums de discussions sur le sujet, merci j’ai hâte de découvrir d’avantage😊

  • Nico06

    Un très bel article Bravo ! Cependant la question qui me vient est tout simplement “peut-on réussir à devenir écrivain si l’on a pas la vocation, le talent pour l’être ?”. Car cela suppose de la passion… Merci donc d’insister sur des conseils pragmatiques qui mettent tout de même du bon sens et de la “raison” dans ce choix … passionnelle !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :