Structure d'un recit
Conseils d'écriture,  Fiction,  Inspiration,  L'art d'écrire

Le schéma narratif et la structure d’un récit

Connaitre le schéma narratif et la structure d’un récit est important si l’on veut réussir dans l’écriture de son roman. Il est possible d’avoir une bonne idée d’histoire, mais de ne pas du tout savoir par où commencer. Cela arrive à tout débutant qui n’a pas fait ses devoirs, car il est toujours préférable de savoir exactement où vous allez lorsque vous commencez à écrire. Même si les avis divergent là-dessus et que nous le verrons plus tard.

Alors vous devez vous posez certaines questions indispensables au bon cheminement de votre projet d’écriture. 

  • Par où commencer ?
  • Comment savoir que je suis au milieu de mon récit ?
  • Comment créer une fin époustouflante ?

Pourquoi avez-vous besoin d’un schéma narratif ?

Vous avez besoin d’un schéma pour mieux structurer votre histoire et pour mener à bien votre projet d’écriture, et pour l’achever. La bonne nouvelle que j’ai pour vous aujourd’hui c’est qu’il existe plusieurs schéma narratifs et structures d’histoire que vous pouvez utiliser selon vos goûts et préférences. 

Aujourd’hui je vous présente 7 structures de récit que plusieurs auteurs de best-sellers ont utilisés. Mais ce qui fonctionne pour eux ne sera peut-être pas le cas pour vous. Prenez les comme des idées pour vous inspirer et vous aider à rédiger le roman de vos rêves.

Qu’est-ce qu’un schéma narratif ?

Connaître le schéma narratif d’un récit vous aidera à mieux écrire votre livre. Cela est indispensable si l’on veut réussir et surtout si on ne veut pas être refoulé par toutes les maisons d’édition de la place. 

Le schéma narratif d’un récit est ce que le squelette est au corps humain. 

Ce que vous choisirez comme schéma pour votre récit doit à tout prix vous aider à mieux écrire et à créer une histoire épatante qui plaira à tous vos lecteurs. 

On aura :

  • Le conflit
  • Le point culminant
  • Et la résolution

Notez bien que l’ordre dans lequel vous racontez votre histoire est déterminant. Pourquoi ? Parce que cela montrera l’efficacité avec laquelle vous emportez vos lecteurs dans l’intrigue et le drame de votre livre. Ceci a pour but de captiver et de garder l’attention de vos lecteurs de la première ligne jusqu’à la fin.

Éléments du schéma narratif d’un récit

Le Schéma narratif varie selon les éléments de fiction, mais dans n’importe quelle histoire vous trouverez : 

1. un début

On commence par le personnage principal ou le héros, on établit le problème, le défi, la quête, le voyage ou le dilemme auquel il sera confronté. 

L’objectif ici est de le mettre sous les feux des projecteurs le plus tôt possible, d’ impliquer le lecteur dans l’histoire du personnage principal et dans ce qu’il est censé accomplir plus tard. Vos lecteurs doivent avoir une connexion avec lui dès les premières lignes.

Notez bien que votre personnage principal peut être masculin comme féminin ;). 

2. Un événement déclencheur qui change tout

Dans cette partie vous devez avoir un incident qui change totalement l’état des choses. Une chose est de donner des choses à faire à votre héros et une autre est de le confronter à des problèmes qui l’amène à se dépasser. 

Mettez le en face d’une situation qui le pousse à prendre des décisions importantes et cruciales avec pour conséquences soit un échec désastreux, soit de la frustration et même de l’embarras.

Vous devez toujours garder en tête le pire résultat que l’on peut obtenir et faites en sorte que votre héros passe le reste de l’histoire à essayer de changer les choses pour le mieux.

3. Une série de crises qui créent des tensions

Les crises sont toujours logiques et absolument pas le fruit du hasard ou même forcé. Au fur et à mesure que votre histoire avance, essayez d’aggraver les choses progressivement.

Votre personnage principal aura pour rôle de résoudre ces problèmes, et quand il essayera, il se dépassera et sera une meilleure personne.

4. Un point culminant

Attention ! ceci n’est pas la fin. Ne confondez pas le point culminant avec la fin de votre histoire. C’est ici que votre héros semble être au fond du gouffre sans espoir. Il pourrait être complètement désemparé parce que toutes ces tentatives pour résoudre le problème principal ont fatalement échoué et maintenant il semble qu’il n’y ait plus d’issue de secours. 

5. Une fin

La résolution doit toujours conclure votre histoire. A la fin de votre histoire, votre héros doit soit réussir, soit échouer, tout ceci en fonction de ce qu’il a appris au cours des événements passés et des crises qu’il a subi tout au long de l’histoire. 

C’est aussi à ce niveau que vous devez arranger les détails et que vous donnez au lecteur ce pour quoi il a acheté votre livre. Vous devez le satisfaire tout en le laissant sur sa faim. 

Il faut toujours garder en vue le fait qu’il doit revenir. 😉

Les lecteurs de cet article ont aussi lu : Types de romans chrétiens

7 structures d’un récit à utiliser

Il vous faut savoir dès le départ quel genre d’écrivain vous êtes. J’ai l’habitude de dire, un écrivain qui se connaît bien est un écrivain meilleur. 

Si vous aimez dominer votre projet d’écriture, c’est-à-dire, connaître à l’avance le début et la fin de l’histoire ; le dénouement ainsi que les différents conflits ou si vous êtes du genre à travailler avec des plans structurés alors vous êtes un « écrivain planning ». La plupart de ces écrivains aiment connaître leurs personnages avec tous les détails.

Par contre si vous écrivez quand ça vous vient, vous commencez généralement une idée et au fur à mesure vous voyez où ça vous mène, vous êtes un « écrivain feeling ». Vous aimez la découverte et les surprises, la planification vous empêche presque de vous déployer complètement. 

Que vous aimiez l’écriture par planification ou l’écriture au gré du feeling, ce n’est pas grave, l’essentiel est de savoir quel genre vous êtes avant de vous lancer dans l’écriture de votre idée de roman.  

Cependant, la plupart des écrivains sont hybrides, comme moi. J’ai besoin au début de savoir où je vais, ça me donne une certaine sécurité. Mais j’apprécie aussi la liberté de me mouvoir au gré des vagues d’inspiration qui s’offrent à moi. 

Même si je fais une structure au début, je laisse toujours l’histoire m’emmener elle-même à son port. Je vous conseille de prendre la méthode qui vous satisfait le mieux. 

Il est quand même important de vous dire qu’il vous faut un squelette de travail. Pourquoi ? Parce que cela vous évite de laisser tomber au bout de 50 pages. 

La structure d’un récit devient donc indispensable si l’on veut s’assurer de bien commencer et de terminer son roman. 

Vous l’avez donc compris, le feeling ne doit pas vous empêcher de planifier et d’être ordonné. 

1-La structure d’un récit classique

Dean Koontz, dans son livre How to Write Best-Selling Fiction, propose un schéma qu’il appelle : la structure classique de l’histoire. 

C’est très simple :

  1. Mettez votre personnage principal dans de terribles ennuis le plus tôt possible.
  2. Tout ce que votre personnage fait pour essayer de s’en sortir ne fait qu’empirer les choses…..
  3. … Jusqu’à ce que la situation devienne désespérée.
  4. Enfin, tout ce que votre héros apprend en essayant de se sortir de ce terrible problème complète son arc de caractère et lui donne ce dont il a besoin pour réussir à la fin.

Cette structure en quatre étapes est simple et efficace, je la recommande si vous débutez ou si vous voulez essayer quelque chose de nouveau. 

Structure d'un recit

2- La méthode du flocon de neige par Randy Ingermanson

La méthode du flocon de neige repose sur l’idée qu’un écrivain commence par un thème profond et simpliste, puis, avec le temps, le développe et y ajoute de la complexité. C’est-à-dire que vous commencez avec une idée simple et la développez jusqu’à ce qu’elle devienne un roman complet, en commençant par une simple phrase.

Il faut commencer lentement avec une idée centrale. Ensuite, vous le développez en ajoutant d’autres idées à l’idée centrale.

Vous continuez ainsi jusqu’à ce que le roman soit écrit.

La méthode du flocon de neige en 10 étapes 

Commencez par une idée centrale et ajoutez systématiquement d’autres idées pour créer votre intrigue.

  1. Rédigez un résumé d’une phrase de votre roman.
  2. Développez-le en un résumé de paragraphe complet, détaillant les principaux événements. 
  3. Rédigez un résumé d’une page pour chaque personnage.
  4. Développez chaque phrase du n°2 en un paragraphe de synthèse).
  5. Rédigez un compte-rendu d’une page de l’histoire du point de vue de chacun des personnages principaux. 
  6. Développez chaque paragraphe que vous avez écrit pour le n°4 en un synopsis d’une page entière. 
  7. Développer les descriptions de personnages en tableaux de personnages complets. 
  8. À partir du résumé du le n°6, énumérez toutes les scènes dont vous aurez besoin pour compléter le roman.
  9. Rédigez une description de plusieurs paragraphes pour chaque scène.
  10. Rédigez votre premier brouillon

3-La structure d’un récit en 7 points

Cette structure pourrait également être appelée “compte à rebours”. L’idée est de commencer par une résolution et de travailler à reculons. 

Attention ! Vous devez être assez bon et bien maîtriser les faits. 

Cette structure vous permettra de faire vivre à votre personnage principal un arc de caractère dramatique.


Cette structure vous permettra de faire vivre à votre personnage principal un arc dramatique.

Un exemple de structure d’histoire en 7 points est la structure du roman de J.K. Rowling Harry Potter, l’école des sorciers.

Les sept points 

  • Dénouement : le point de départ de votre protagoniste 
  • Premier tournant de l’intrigue : introduit le conflit qui fait avancer l’histoire jusqu’à son point central. 
  • Premier nœud de l’intrigue : met la pression sur votre protagoniste dans le processus de réalisation de son objectif, généralement contre un antagoniste. 
  • Milieu : votre personnage réagit au conflit par l’action. 
  • Deuxième nœud de l’intrigue : Plus la pression est forte, plus il sera difficile pour votre personnage d’atteindre son objectif. 
  • Deuxième tournant de l’intrigue :  faire passer l’histoire du milieu à la résolution. Votre protagoniste a tout ce dont il a besoin pour atteindre son objectif. 
  • Résolution : L’apogée. Tout dans votre histoire mène à ce moment, un contraste direct avec la façon dont votre personnage a commencé son voyage. C’est comme si on revenait à la case départ. 

4-In Medias Res

Cette méthode est très pratique car il s’agit de partir de quelque chose qui se passe. In Medias Res est une expression latine qui veut dire “au milieu des choses”.  

Il est indispensable que le lecteur ait la sensation d’être au milieu de quelque chose d’important. 

L’avantage avec cette méthode c’est que vous n’allez pas gaspiller 4 pages pour des préliminaires ou une introduction ennuyeuse. Vous allez directement entrer dans le vif du sujet. 

Ceci attise la curiosité de votre lecteur et l’amène à tourner les page sans s’en rendre compte. 

C’est une structure aussi simple :

  • Action montante
  • Explication (retour en arrière)
  • Climax
  • Action descendante
  • Résolution
Structure d'un recit

5-Le voyage du héros

Cette structure est souvent utilisée par les Fantaisie, de science-fiction et d’horreur.

J.R.R. Tolkien l’a utilisé dans son roman The Hobbit. 

6-La structure d’un récit en trois actes

C’est une structure assez simple à utiliser et c’est celle qu’utilise Hollywood

  • Acte I : La mise en scène

Présentez vos personnages principaux et établissez le décor.

  • Acte II : La confrontation

Créer un problème qui semble petit en surface mais qui devient plus complexe. 

  • Acte III : La résolution

Toutes les épreuves et les leçons que votre personnage a endurées l’aident à résoudre le problème.

7-La structure d’un récit en une perturbation et deux portes

Dans son livre populaire Plot and Structure, Scott Bell présente ce concept.

  • Une perturbation : au début de l’histoire on doit noter un bouleversement, quelque chose qui menace la vie ordinaire du personnage principal.
  • La porte N°1 Ici on propulse son personnage principal au milieu de l’histoire. Une fois qu’il a franchi cette porte, il n’y a plus de retour en arrière.
  • La porte N°2 mène à la bataille finale. C’est une autre porte de non-retour mais qui mène généralement au désastre.
Si vous avez aimé l'article, vous pouvez le partager ! 🙂

Laisser un commentaire